SEMAINE ZÉRO (1) : ON THE ROAD

LE DÉPART

L’an de grâce 2013 –le samedi 8 juin, pour être précis : nous partons à quatre pour l’Écosse, une semaine avant le début du tournage, dans un van surchargé (bouffe, déco, sacs… et une chaise d’arbitre), sourires aux lèvres et fleur au fusil. Ben (producteur et régisseur), Claire (au poste encore peu clair : elle fait à peu prêt tout, et fait tout parfaitement bien), Jean Fred (assistant réalisateur) et moi-même.

Beaucoup d’autoroute, un sympathique ferry à Calais, la Motorway britannique et les joies de la conduite à gauche (pas de problème majeur, si ce n’est les ronds-points) ; la campagne anglaise qui se fait de plus en plus présente à mesure que nous grimpons vers le nord, les Blind tests de Ben…

On the road...

On the road

…la frontière écossaise, enfin, et l’arrivée, joyeuse quoique nocturne, à Glasgow –non sans un préalable arrêt McDo que je désapprouve bien évidemment au plus haut point.

Notre première nuit écossaise s’avère ma foi sympathique : je partage mon lit avec Jean Fred (si ça, ce n’est pas une complicité parfaite réa/assistant réa…), et, allumant la TV britannique, tombe coup sur coup –véridique– sur les visages de Sean Connery et Ewan McGregor, soit deux joyeux Écossais, présages de bon augure.

Easy, donc. Piece of cake.

FAST AND FURIOUS

Ce n’est en effet que le lendemain que nos aventures commencent, hum, pour de vraiment vrai de vrai : nous partons à 6h, avec deux bonnes heures d’avance sur notre planning, histoire de prendre nos précautions, et grimpons vers le nord. Enfin, le nord-est, disons, confiants que nous sommes en notre GPS. Les décors sont splendides.

Ho, regarde, le joli village, arrêtons-nous donc –on est très en avance–, et laissons-nous tenter par quelques scones, fudge ou autres shortbreads locaux ; et un McPuccino, tiens, haha, j’adore l’Ecosse. Et, tiens, faisons un tour dans le coin, aussi, hm, tant qu’à y être ?

Bon, c’est pas tout, ça, va peut-être falloir y aller. Hm ? Attends, mais– qu’est-ce que c’est que– Plus de route ? Plus de putain de ROUTE ? La mer, comme ça, au détour d’un chemin ? Et l’autochtone, il dit quoi, là ? Ben, il dit qu’il n’y a, de fait, plus de route. Et qu’un ferry –un mini-ferry– relie ce tronçon au suivant. De quoi ? Mais– Mais mais mais– et le prochain ferry, alors ? Dans deux heures ? Plus encore trois heures pour rejoindre Skye et Uig ?Alors que notre bateau pour les Hébrides part dans… deux heures ??!!

Et voilà. Le réa qui tire une gueule d’endeuillé, le prod qui essaie de le consoler (sans y croire, mais c’est gentil), l’assistant réa qui grimace –et se dit que tiens-tiens, tout ça ne va pas être aussi facile que prévu… Pis Claire. Claire qui, elle, se redresse fièrement dans la lumière étale des Highlands matinales : « Non. Je peux le faire. » Tatatzan, dirait Renaud –et elle le fait : en une heure vingt, voici que Claire-qui-sait-tout-faire avale deux heures et demie de route (!), le tout au beau milieu de routes minuscules (et spectaculaires) heureusement désertes.

Une minute dans la vie du GPS ébahi : « Arrivée dans 50, non, 49, bah non tiens, 48-attends-47, non-plus, dans 46 minutes…»

Claire

Claire

Grand moment de stress, et de conduite F1 (avec, rappelons-le, un vieux van bourré à ras bord de déco)–, ponctué tous les quarts d’heure d’appels aux équipes du ferry (équipes que nous remercierons d’ailleurs dûment dans notre générique)* :

– Hello ? We’re the French guys who got lost–

– Ho, it’s you again! So where are you, now?

– Somewhere near X.

– Well, you’ll probably be too late. Still, call us if you reach XX by one, all right?

Et, à la stupéfaction d’Écossais apparemment peu habitués aux poursuites Tonyscottesques, nous réussissons –enfin, Claire réussit– à toujours rester dans le temps : à telle heure limite au Skye Bridge (nous passons ce faisant en trombe devant Eilean ‘le château d’Highlander’ Donan), à telle autre heure au village X,  quinze minutes plus tard au lieu-dit Y…

WE KNOW WHO YOU ARE (ou comme quoi, la célébrité…)

13h56 : le van bondit au sommet de la colline surplombant Uig ; en contrebas, dans l’eau, prêt à décoller (enfin, je me comprends), notre bateau –et les dernières voitures en train d’y être chargées. Nouveau coup de fil paniqué (Hurry up !/ – Yeah, well, we’re trying to…), nouveaux exploits de Claire, et– l’embarcadère, enfin. Nous stoppons devant une équipe de malabars :

– Hellosorrywe’retheFrenchdudes–

– We know who you are. Come on, get to the boat!

14h01: nous voilà à bord. Bourrés d’adrénaline, excités comme des midges (j’y reviendrai dans un futur post), incrédules et enchantés. Tout le monde embrasse Claire, et nous nous affalons sur les premiers canapés libres. Sans déconner, comme dirait Perceval, sans déconner, on l’a échappé belle -évitant une journée de retard, et économisant ce faisant une nuit d’hôtel pour quatre; plus, je suis ravi d’avoir engagé Schumacher sans même le savoir. (+ Soit dit en passant, c’est un pur plan pour passer des caisses de drogue, ça : arriver à la bourre devant de gentils officiels ne s’attardant pas sur les présentations…)

TARBERT

Nous y voilà. Tarbert, microlopole où nous nous installons, éreintés mais ravis. Mais bon ; Tarbert, hein, ce sera pour un prochain post.

*[Notons au passage que, nul ne sait pourquoi, mais voilà, c’est un fait : les Écossais sont gentils ; polis, compétents, serviables, drôles, bref, les Écossais sont tout ce que les garçons de café parisiens ne sont pas. Et si certains sont repartis d’Écosse en haïssant le pays suite à notre tournage, tous ont en revanche adoré les populations indigènes.]

Une réflexion sur “SEMAINE ZÉRO (1) : ON THE ROAD

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s