FESTIVALS – Much Ado mais clairement pas pour Nothing…

Bon. Bah je vais arrêter de traiter les festivals au cas par cas, moi. Parce que depuis Porto, on n’arrête plus. 17 sélections en quatre mois, et onze prix à l’heure où j’écris ces lignes.

D’où un paquet de voyages à travers l’Europe -parfois payés, parfois pas-, d’hôtels bling-blings en canapés amicaux… et une valise d’excellents souvenirs -notamment dus à la réception, systématiquement excellente, du film.

Un zoom rapide sur quelques festivals, tout de même : le grand et illustre BIFFF, de Bruxelles, où sont venus nous rejoindre un paquet d’ami(e)s parisien(ne)s ; qui nous a permis de découvrir la folle ambiance des salles dudit BIFFF (« Ta-taaa-tata-taaa : tuer encore ? JAMAIS PLUS ! » [seuls les initiés peuvent comprendre…]), de rencontrer des gens aussi géniaux que sympathiques, de voir quelques vrais bons [attention, 3 liens – un par mot], voire excellents films, et de repartir avec un stock de sympathiques papiers -là encore, je vais arrêter les listes à rallonge, sans quoi je n’en finirai pas-, tels celui-ci, celui-là ou allez, celui-ci encore.

BIFFF_glob_lg

Le BIFFF dans toute sa splendeur [comme toujours, faut cliquer sur l’image]…

Ont en outre suivi, as usual, pas mal d’emails et de messages adorables, avec ça.

Notre passage à Londres s’est également avéré fendard -alors même que le festival (le London SciFi, pourtant de fort bonne taille) était pour le moins, hum, décevant, dirons-nous ; faut apprendre à s’organiser, les Londoniens, hein… Le légendaire Sight & Sound nous ayant adressé un gentil clin d’œil et James ayant joué les guides touristiques (« As you may know, we English people have a Queen… »), je reste cela étant totalement anglophile.

London_glob

London Calling! Et des zamis en pagaille…

Un mot rapide sur divers festivals ricains, aussi, auxquels je n’ai pu me rendre, fort malheureusement, sans pour autant que cela ne nuise au succès de notre métrage ; de fait, nous sommes repartis de Newport Beach bredouilles, mais avons récupéré trois prix à Saint Petersburg (lors du Sunscreen Film Festival) -Best Actress (Maia), Best Actor (Pierre) et Best Director (bibi)- et deux à Philadelphie -Best Cinematography et Best SciFi Feature…

…idem dans les pays latins, qui semblent kiffer notre OVNI : des Américains géniaux, à l’origine de cette comédie démentielle, me sont tombés dans les bras à l’issue de notre projection madrilène, voyant en moi le nouveau Kurosawa, et n’aidant de ce fait guère mes chevilles à désenfler, pendant que le Jury du Fantaspoa -plus gros festoche de genre en Amérique du Sud, paraît-il- nous créait un prix rien-que-pour-nous, à savoir la Mention spéciale du Jury pour le Most Original Feature. Muchas gracias a todos, de verdad ! (Et muchas gracias también aux divers blogueurs et journalistes ayant estimé que notre film aurait mérité un prix [3 liens] !)

[Je noterai ici en outre que la petite musique d’un sponsor du festival me restera à jamais en tête. Ecouter ceci en boucle fait claquer les neurones, je pense…]

Madrid_glob

Madrid, tio ! Con el legendario John Landis, que me conto una historia suya de tenis…

Et pour terminer ce tour rapide des festivals récents, j’ai gardé, ma foi, mon chouchou pour la fin : le punk et dément festival Mauvais Genre, que je plussoie autant que je le surkiffe ! Pourquoi cela ? D’une part parce que l’ambiance y est dingue, les repas -tous en groupe- hilarants et les rencontres démentielles ; d’autre part parce que l’équipe y est géniale, la programmation tout à la fois originale et courageuse -Mauvais Genre est à l’heure actuelle le seul festival français à avoir eu le cran de nous sélectionner, il est bon de le rappeler…

z_MG_glob

LE festival punk et bon enfant ultime -Mauvais Genre-, que j’aime d’amour.

…et enfin, haha, parce que quoique The Open ait été présenté hors compétition, lors d’une soirée Made in France… Il est reparti de Tours avec deux prix, créés spécialement pour lui, suite au franc succès (franc, franc, franc) de sa projection ! C’est donc avec un Prix spécial de la Critique, un Prix spécial Mauvais Genre (« Meilleur long métrage de 10 ans Mauvais Genre ») et un grand manque de sommeil que l’équipe de The Open est repartie sur Paname… MERCI !

(Et d’autant plus merci que suite à la projection, de superbes articles ont été publiés chez -excusez du peu- Rolling Stone ou Ecran Large ; tant que j’y suis et pour être exhaustif, il semblerait que l’on puisse entendre des bouts de ma voix sur différentes pastilles radio [2 liens], aussi…) (Je me souviens d’ailleurs avoir donné des interviews lors du BIFFF, mais n’ai pas la moindre idée de ce qu’elles sont devenues…)

Hééé bien, voilà, quoi.

Quoique non, tiens. Puisque j’en suis à causer actualités, je citerai deux nouveaux articles, tout beaux tout chauds, faisant suite à l’interview de Clap ! -à savoir une interview chez Ouest France, et surtout, roulements de tambour, quatre pages, rien moins, dans le tout dernier numéro de l’Ecran Fantastique -à acheter en kiosques de ce pas, bien évidemment.

EF

En kiosques depuis quelques petits jours…

Hasta pronto (como dicen en Madrid) for some new adventures (as they say in London)…

2 réflexions sur “FESTIVALS – Much Ado mais clairement pas pour Nothing…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s